La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Le salon francophone est dédié aux sujets n'ayant pas de lien avec la F1 ni autres sports mécaniques. C'est un salon pour se détendre en refaisant le monde.

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Hugues le 18 Jan 2023, 14:01

Pendant une semaine à partir d'aujourd'hui, le festival Telerama est en salle...

On va pas dire que la plupart des films méritent le détour, loin de là (bien au contraire), mais il y a quelques trucs qui méritent d'être vus dedans (et pour certains vraiment d'être vus) si vous ne les avez pas vus (en rouge, et en orange pour celui que je n'ai toujours pas pu voir du fait de plusieurs empêchements mais qui est sans doute à voir).
Pour la plupart des rouge, j'en ai déjà parlé dans le topic.

“La Nuit du 12”, de Dominik Moll
Pourquoi Clara a-t-elle été brûlée vive ? Ce féminicide atroce dévore de l’intérieur son enquêteur, Yohan… Un récit d’une noirceur salutaire.

“Licorice Pizza”, de Paul Thomas Anderson
Un lycéen jette son dévolu sur une fille de 25 ans en mal d’amour-propre. Une comédie romantique insolite, savoureux portrait de la Californie post-hippie.

“Les Amandiers”, de Valeria Bruni Tedeschi
Aspirants comédiens, ils brûlent les planches, et leur vie. L’actrice-cinéaste fait revivre la passion de ses années de formation aux Amandiers. Électrisant.

“Les Passagers de la nuit”, de Mikhaël Hers
Charlotte Gainsbourg est une mère seule, anéantie, qui prend un nouveau départ. Les années 80 se parent d’une magie inattendue dans cette chronique familiale bouleversante. Un grand film d’actrices.

“Contes du hasard et autres fantaisies”, de Ryûsuke Hamaguchi
Amours, troubles et trahisons…En trois courts récits, le réalisateur de "Drive My Car" filme les sentiments en virtuose.

“As bestas”, de Rodrigo Sorogoyen
Dans un village de Galice, Denis Ménochet et Marina Foïs, un couple de Français, se mettent leurs voisins à dos. Rodrigo Sorogoyen, réalisateur d’El Reino, signe un thriller à l’hyperréalisme terrifiant.

“La Conspiration du Caire”, de Tarik Saleh
Un étudiant se retrouve précipité dans les guerres de pouvoir d’un haut lieu de l’islam sunnite égyptien. Un thriller virtuose, métaphore du régime d’al-Sissi.

“Armageddon Time”, de James Gray
New York, début des années 1980. L’amitié déchirante de deux garçons unis contre l’autorité : la propre enfance de James Gray, traversée par l’injustice.

“L’Innocent”, de Louis Garrel
Quand sa mère prof de théâtre épouse un détenu, Abel panique. Louis Garrel, devant ou derrière la caméra, marie romance et film de casse avec brio.

“R.M.N.”, de Cristian Mungiu
Traité de « sale Gitan » en Allemagne, un homme revient dans son village de Transylvanie, où couve aussi la violence xénophobe. Une fresque magistrale.

“Les Enfants des autres”, de Rebecca Zlotowski
Virginie Efira, une quadragénaire sans enfants s’attache à la fille de son compagnon, Roschdy Zem. Un sujet rarement abordé au cinéma, traité avec une justesse lumineuse par Rebecca Zlotowski.

“Le Serment de Pamfir”, de Dmytro Sukholytkyy-Sobchuk
De retour chez lui, dans un village d’Ukraine, un père de famille est forcé à trahir ses convictions. Un drame virtuose, à la croisée du mythe et du polar.

“Aucun ours”, de Jafar Panahi
Avant d’être emprisonné pour « propagande contre le régime », le cinéaste iranien a tourné ce poignant film à suspense sur l’oppression des femmes et des artistes.

“Chronique d’une liaison passagère”, d’Emmanuel Mouret
Une célibataire entreprenante et un homme marié entament une relation où l’avenir est d’emblée exclu. Une comédie réjouissante, portée par des acteurs remarquables.

“Sans filtre”, de Ruben Östlund
Le Suédois Ruben Östlund a remporté une seconde Palme d’or avec cette comédie provocante sur les ultrariches.

“En corps”, de Cédric Klapisch
Une étoile de l’Opéra blessée renoue avec son corps à travers les plaisirs de la cuisine et les rencontres. Une renaissance filmée avec élégance.



Il y aura aussi parfois dans certains cinéma des avant première:

The Fabelmans, de Steven Spielberg
Mon crime, de François Ozon
La Syndicaliste, de Jean-Paul Salomé
Retour à Séoul, de Davy Chou
Ashkal, l’enquête de Tunis, de Youssef Chebbi
About Kim Sohee, de July Jung



Pour rappel le principe du bidule Telerama... vous payez 4 euros le film, et la BNP finance la différence. Faites les raquer.
Bon il faut apporter le petit pass/formulaire disponible dans un des numéros de Telerama.... MAIS... vous pouvez le télécharger ici.

Pour en savoir plus:
https://festivals.telerama.fr/festivalcinema
https://www.telerama.fr/cinema/festival ... 013139.php

Hugues
Image
Avatar de l'utilisateur
Hugues
Michel Desjoyeaux virtuel
 
Messages: 9122
Inscription: 26 Fév 2003, 05:14

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Hugues le 18 Jan 2023, 14:19

Hugues a écrit:J'avais oublié...

Le premier film en France de Pietro Marcello, qui confirme ce qu'il promettait avec Martin Eden, qu'il peut devenir un très grand... tant du cinéma italien* que du cinéma mondial*.




Bon c'est moins bien que Martin Eden, mais quelle intelligence dans la création, quel artisanat de bout de ficelles génial, pour faire beaucoup avec peu, au point qu'il semble sans cesse improvisé...
(alors qu'il ne l'est point, évidemment, ou en tout cas pas totalement)

Hugues

*: je ne parlais pas vraiment à l'échelle du présent, du contemporain, car évidemment du point de vue contemporain italien, il en fait déjà partie aisément


Revu hier et je corrige...

C'est aussi bien ou presque aussi bien que Martin Eden...
J'ajoute un petit détail remarqué au générique, et qui n'est pas anodin, et dit beaucoup du film et du cinéaste... Les chansons que l'on entend ne sont pas des chansons anciennes ou régionales comme on pourrait le croire.. Elle sont toutes créditées au compositeur du film (bon jusque là rien d'étonnant), mais surtout leur paroles, souvent remarquables (ce semble être des vieilles chansons ou vieux poêmes) sont toutes créditées au réalisateur Pietro Marcello. A l'exception d'une seule... créditée à la révélation du film, et la voix du film, Juliette Jouan. Et ce n'est pas la moins importante ou remarquable des chansons du film bien au contraire.

Par ailleurs, enfin j'ai pu voir ce film qui me tentait depuis mars, Broker, en France Les Bonnes Etoiles de Kore-eda.
La bande-annonce en faisant la publicité par la citation évoquant des "moments de grace".

Il y a au moins une séquence qui en est un... Qui rentre dans l'histoire du cinéma au moment où on la voit. Celle de la grand roue. Merveilleuse. Géniale. Belle. Incroyable. Et pourtant ça ne tient qu'à un geste, un geste presque immobile ... La beauté tient à peu...
(Et il y a surement d'autres qui se révèleront à mesure du travail de la mémoire)
On se dit en voyant le film "pour une fois, il nous fait un film à la trame compliquée, qu'il essaie d'alléger de petites scènettes humoristiques, mais... c'est pas fluide cette histoire à suspense et rebondissement... c'est un sous-Kore-eda sans doute ce film" et puis en fait c'est remarquable parce que finalement ce qu'il voulait atteindre, ce qu'il voulait révéler, apparait finalement comme une évidence, de façon remarquable dans les 10 ou 15 dernières minutes du film... Et en réalité ce n'aurait pu être mieux révélé... Il ne faudrait changer aucune ligne, aucun instant de ce film...

Donc oui paradoxalement, en regard des premières imporessions, sans doute un des meilleurs films du cinéaste.

Hugues
Image
Avatar de l'utilisateur
Hugues
Michel Desjoyeaux virtuel
 
Messages: 9122
Inscription: 26 Fév 2003, 05:14

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Hugues le 18 Jan 2023, 19:27

Edward R. Pressman, 79 ans

Producteur de :
- American Psycho
- Conan le Barbare
- Les Maîtres de l'Univers
- La Balade sauvage
- The Crow (et toutes ses suites, en film et série)
- Das Boot (Le Bateau)
- Street Fighter - L'ultime combat
- Wall Street
- Conan le Destructeur
- L'Île du Docteur Moreau
- Bad Lieutenant
- Judge Dredd
- Phantom of the Paradise
- Thank You for Smoking
- Wall Street: l'argent ne dort jamais
- La Taverne de l'enfer
- New Rose Hotel
- Conversations nocturnes


entre autres

et un vieil ami de Terrence Malick (ils avaient le même âge, et le premier succès critique de la carrière de Pressman, c'est le premier long métrage de Malick - aussi ils ont toujours eu des projets communs tout au long de leur vie, le dernier a moins d'un an)

Hugues
Image
Avatar de l'utilisateur
Hugues
Michel Desjoyeaux virtuel
 
Messages: 9122
Inscription: 26 Fév 2003, 05:14

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Hugues le 18 Jan 2023, 20:41

Marcel Zannini, 99 ans, musicien de jazz manichéen et binaire. :D
Et père de Marc-Edouard Nabe.



Hugues
Image
Avatar de l'utilisateur
Hugues
Michel Desjoyeaux virtuel
 
Messages: 9122
Inscription: 26 Fév 2003, 05:14

Re: La séquence du spectateur - TOPIC CINEMA

Messagede Hugues le 25 Jan 2023, 12:47

Sortie aujourds'hui de

Tár de Todd Field
3ème film de l'acteur-réalisateur (le précédent datait de 2006)
avec Cate Blanchett et Noémie Merland (dans son premier film anglophone/américain)
Coupe Volpi de la meilleure actrice au festival de Venise pour l'actrice australienne

Sans être un immense film ou un chef d'oeuvre c'est tout de même un très bon film qui interroge le rapport à la création, le pouvoir qui y est lié d'une part... mais aussi le phénomène de jugement moral, de tribunal public (apparemment Cate elle n'aime pas non plus ça...) et ce qui en résulte à la fin, la cancel culture..

Bref à voir... c'était dans la poignée de meilleurs film de la Mostra...



(Bon la bande-annonce en a fait un film à suspense.. en ajoutant les bruits / musiques qui vont bien.. alors que ... non hein... c'est plutôt très calme)

Lydia Tár, cheffe avant-gardiste d'un grand orchestre symphonique allemand, est au sommet de son art et de sa carrière. Le lancement de son livre approche et elle prépare un concerto très attendu de la célèbre Symphonie n° 5 de Gustav Mahler. Mais, en l'espace de quelques semaines, sa vie va se désagréger d'une façon singulièrement actuelle. En émerge un examen virulent des mécanismes du pouvoir, de leur impact et de leur persistance dans notre société.


Image

Hugues
Image
Avatar de l'utilisateur
Hugues
Michel Desjoyeaux virtuel
 
Messages: 9122
Inscription: 26 Fév 2003, 05:14

Précédente

Retourner vers Salon, saloon, bistrot du coin

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Majestic-12 [Bot] et 2 invités